Périls en ce royaume

À propos

Découvrez Périls en ce royaume, le livre de Alain Berenboom. Bruxelles, 1947 : un jeune fonctionnaire aux Affaires étrangères, qui fut résistant pendant la guerre, disparaît brusquement. Sa famille fait appel, pour le retrouver, à un enquêteur débutant, Michel Van Loo, lui-même ancien fonctionnaire, devenu détective privé à la Libération. Les temps sont agités en Belgique : règlements de compte entre anciens résistants et collaborateurs sur fond de guerre civile larvée entre les partisans de Léopold III et les antiroyalistes, pendant que les communistes de tout poil se déchirent entre eux, sûrs de prendre le pouvoir. C'est dans ce climat délétère qu'enquête Michel Van Loo, assisté d'Anne, la jolie coiffeuse, de Federico, un ancien partisan italien, et du pharmacien juif, Hubert. Un vrai polar à la fois nostalgique et drôle !

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782930585307

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    232 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    1 080 Ko

  • Distributeur

    Editis

  • Support principal

    ebook (ePub)

Alain Berenboom

Alain Berenboom est né en 1947 à Bruxelles d'un père, pharmacien, venu de Pologne et d'une mère originaire de Vilno. Ce Bruxellois "pure souche" est réputé à la fois comme écrivain belge et comme une autorité internationale en matière de droit d'auteur.ÿCinéphile impénitent autant que lecteur passionné et éclectique, Alain Berenboom doit sans doute à "Laurel et Hardy" son sens aigu du burlesque, à Tintin une curiosité précoce pour le monde, et à Raymond Chandler la capacité de s'indigner avec ironie et une apparente légèreté.ÿ“Berenboom règle ses comptes à l'humanité. C'est un tir nourri comme à la foire, (il) casse la baraque. C'est Tom Sharpe en visite chez les humanistes. On en sort plié en deux et vaguement inquiet sur la nature humaine”, a écrit D. de Saint-Vincent dans Le Quotidien de Paris.

empty